samedi 25 juillet 2015

A la mémoire de nos eaux

​Ô ma Belle, ma si Royale et Majestueuse Reine !
Ce jour là j'étais à vos pieds, vaincue, conquise,
Tremblante sous les puissants jets de cette fontaine.
Le monde et les rêves vacillaient tant j'étais éprise. 

A l'improvisade, je vous avais écris quelques vers, 
Quelques fragiles rimes, et l'encre se tâchait de l'eau
Qui jaillissait sur ces mots destinés à vous plaire.
Votre sourire l'avoua. Ah ! Comme il était beau !

Mon coeur serré d'amour, éclata en un soupir
Et mes lèvres épuisées se posèrent sur les vôtres. 
Mes lèvres, sur le couchant de votre sourire
Embrassaient l'être, l'âme, l'Autre. 

L'après, je ne le sais plus. J'ai profondément aimé,
Et toute ma vie se relia à la vôtre par des rubans
Chargés de lyres, de plumes, d'algues et de clés, 
De sable, d'anneaux, de roses, de rêves d'enfants !

Je ne sais que les aujourd'hui bercés par vos mots.
Statue de sel sur la grève, le regard vers l'horizon, 
Chaque année nouvelle est une vague sur ma peau
Lissant mes formes jusqu'à disparition. 

Vous me reprendrez ainsi que la mer. C'est certain.
Vague après vague, je m'épuiserai sur le rivage
Pleurant nos larmes partagées grâce aux embruns, 
Et la toute dernière, ourlée d'or, portera votre visage.  




1 commentaire:

  1. Je suis tout simplement amoureuse de tes mots et cela irrémédiablement...inexorablement...

    RépondreSupprimer